Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ne Tirez pas sur le Poulet moqueur

Ne Tirez pas sur le Poulet moqueur

Critiques et états d'âme d'une poule littéraire

Publié le

Oh mon Dieu, mais... Mais oui! UN NOUVEL ARTICLE!

Haha. C'est pas possible de laisser tout en plan comme ça, mea culpa, me revoici donc. Je tiens à préciser que l'activité du blog devrait reprendre un niveau acceptable d'ici peu, c'est fou comme je peux avoir envie de lire et d'écrire depuis que je suis entré à la fac. Et je prévois de bricoler un nouveau design pour le blog. Restez donc à l'affût!

En attendant, voici la critique du jour, portant sur la saga de l'américaine Jean M. Auel, Les Enfants de la Terre.

De quoi ça parle: Les Enfants de la Terre commence avec les malheurs d'Ayla, une fillette séparée de sa famille par un tremblement de terre. Précisons que l'histoire se passe à la Préhistoire, et qu'Ayla appartient à l'espèce de l'homme de Cro-Magnon (nous, quoi). Le clan qui la recueillera, lui, est formé d'hommes de Neandertal. C'est donc cette rencontre entre ces deux espèces (qui ont belles et bien cohabité selon nos historiens) que relate le premier tome des Enfants de la Terre, alors que nous suivons Ayla, qui peine à être acceptée par sa tribu adoptive. Elle est recueillie par deux des membres les plus influents du Clan: Creb, le chaman, et sa soeur Iza, la guérisseuse, qui deviendra la mère et le professeur d'Ayla.

Arrivée à l'âge adulte (je ne développerait pas plus le contenu du premier tome, qui est de loin le meilleur à mes yeux, lisez le donc pour plus de détails), Ayla est contrainte d'abandonner le Clan, et part vivre seule dans une vallée. Elle y rencontrera Jondalar, un homme de son espèce, qui deviendra notre second personnage principal.

Les tomes suivants retracent les voyages d'Ayla et Jondalar, qui, en route pour regagner la tribu de ce dernier, rencontrent une multitude de gens et d'obstacles.

Les personnages: C'est là que les choses se compliquent, je dirais. Le plus grand défaut des Enfants de la Terre réside dans ses personnages principaux. Dans le premier tome, ça ne se ressentait pas: on s'attachait vite à Ayla, et on sympathisait avec elle, quand elle était traitée injustement et qu'elle avait à se battre pour être acceptée. Pourtant très vite, on se fatigue de ce personnage. Au fil des tomes, Ayla est représentée comme celle "qui sait tout faire mieux que tout le monde": elle sait chasser n'importe quel gibier, sait guérir ses semblables, qui la considère presque comme une élue de leur divinité... Ce n'est pas un mauvais personnage en soit, mais elle est trop parfaite, ce qui la rend peu intéressante.

J'ai eu le même problème avec Jondalar: il n'est pas aussi "parfait" que sa compagne, mais son obsession pour cette dernière perd très vite tout intérêt. Quand les deux personnages se retrouvent seuls tout les deux, j'ai tout simplement l'impression de lire la même scène encore et encore.

Heureusement, ils ne sont pas seuls: que ce soit les membres du clan d'adoption d'Ayla, ou tout les personnages que le couple sera amené à rencontrer, les Enfants de la Terre est plein de personnages divers et variés. Mention spéciale aux membres du Clan (tome 1) et du Camp du Lion (tome 3), qui sont tous très sympathiques et bien construits. Seul petit détail gênants: les noms de certains personnages membres d'un même clan ont tendance à se ressembler, et quelque fois on peut un peu s'emmêler les pinceaux.

Verdict: La saga des Enfants de la Terre n'est définitivement pas mauvaise: certes, ses personnages ne sont plus aussi bon passés les deux premiers tomes, et souvent on a l'impression que les mêmes actions se répètent, mais le travail de documentation effectué par l'auteur est énorme: elle a fait beaucoup de recherche au sujet de la période préhistorique, et ça se sent à la lecture, les coutumes et modes de vie de tout les personnages paraissent très réalistes, et sont décrits à la perfection. La lecture est agréable, et si Ayla et Jondalar mériteraient qu'on leur donne une personnalité plus complexe pour les rendre véritablement attachant, de bons personnages secondaires arrivent à rendre le tout intéressant. Si vous avez l'occasion de lire les Enfants de la Terre, en particulier le premier tome, n'hésitez pas, l'histoire vaut la peine qu'on s'y intéresse.

Commenter cet article

Le Pingouin 16/11/2012 19:23

Merde, je me suis gouré : L'ère Mésozoïque, c'est celle des reptiles et des Dinos. Hum.
Oublie ce que j'ai dis !

Le Pingouin 16/11/2012 19:20

Fun ! Un nouvel article !
ET fun ! Un Twilight de l'ère Mésozoïque ! (je plaisante)

Ce livre a l'air bien sympas, et le contexte est pour le moins original... Marrant de placer ce genre d'histoire à cette époque ! Un genre de Pourquoi J'ai Mangé Mon Père, mais en sérieux et vaguement héroïque fantaisie, quoi. Comment l'as-tu découvert ?

Puisse-tu être partie pour nous faire une bien belle série d'article !!!

La Poule 17/11/2012 11:49

Marre toi, mais je l'ai découvert grâce à ma môman xD. Elle les avait tous dans sa bibliothèque, et comme la préhistoire ça me branche, j'ai voulu essayer.

C'est marrant que tu compares ça à Twilight, le tome 3, ce serait presque ça (en gros le couple fait une étape dans une tribu ou Ayla tombe plus ou moins sous le charme d'un autre gars), peut-être que c'est à ce moment là que j'ai décroché x3.

Je me sens motivée, là, les articles ne traineront plus! (peut-être. sûrement.huhu.)

Hébergé par Overblog